Evénement : DSCC 2ème représentation

DSCC 2ème représentation

Photo de news

DSCC 2ème représentation
Le 03/12/2011
Théâtre

Création 

 

Samedi 3 décembre 2011, 21h

Texte : Bernard-Marie Koltès

Éditions de Minuit

Mise en scène : Pascal Tagnati

Avec : Jean-Christophe Folly et Pascal Tagnati

Installation : Hakima El Djoudi

Musique : Sylvain Jacques

Collaboration artistique : Charline Grand

Production : Compagnie Labo Vascu

Programmation commune : Aghja/Ville d’Ajaccio

 

Il y a deux ans, Pascal Tagnati nous avait bouleversés avec son interprétation de 127 Fascination, montage de textes de Jim Morrison. Il revient aujourd’hui à l’Aghja pour mettre en scène et jouer une œuvre également très forte. L’histoire est la rencontre d’un dealer et d’un client dans un lieu reculé, loin des hommes, au crépuscule. Le dealer tente de faire avouer au client son désir, mais ce dernier ne cesse de lui cracher son refus à la figure. Bien que Morrison et Koltès soient deux auteurs très différents, Pascal Tagnati dit saisir et aimer chez les deux une écriture pop, fortement inspirée de la musique. Selon lui, DSCC est un « bœuf » entre un Blues Man et un gars du Rock qui ne défendent pas la même cause mais jouent ensemble, accordés, chacun à l’écoute de l’autre, en place. DSCC est aussi et surtout le reflet des relations commerciales entre l’Afrique et l’Occident, qui, pour l’un deviendra pillage et pour l’autre mécénat, l’histoire d’une dette. Pascal Tagnati veut s’emparer de ce texte avec une liberté de création maximum, et laisser au spectateur une liberté de compréhension qui lui permette d’être un créateur à part entière. On retrouve, dans cette volonté affirmée, la générosité et l’engagement à fleur de peau qui nous avaient fortement émus dans 127 Fascination

 

Extraits de Dans la solitude des champs de coton :

« Si un chien rencontre un chat - par hasard, ou tout simplement par probabilité, parce qu'il y a tant de chiens et de chats sur un même territoire  qu'ils ne peuvent pas, à la fin, ne pas se croiser ; si deux hommes, deux espèces contraires, sans histoire commune, sans langage familier, se trouvent par fatalité face à face - non pas dans la foule ni en pleine lumière, car la foule et la lumière dissimulent les visages et les natures, mais sur un terrain neutre et désert, plat, silencieux, où l'on se voit de loin, où l'on s'entend marcher, un lieu qui interdit l'indifférence, ou le détour, ou la fuite ; lorsqu'ils s'arrêtent l'un en face de l'autre, il n'existe rien d'autre entre eux que de l'hostilité - qui n'est pas un sentiment, mais un acte,  un  acte  d'ennemis,  un  acte  de  guerre  sans  motif. »

 « Les souvenirs sont les armes secrètes que l’homme garde sur lui lorsqu’il est dépouillé, la dernière franchise qui oblige la franchise en retour; la toute dernière nudité. »

Site web : http://

Toutes les dates



Retour

C.T.C Pass Cultura Ville d'Ajaccio CNV ONDA SACEM RCFM Air Corsica CORSE Billet Yotof Photographies