Chargement Évènements

« Tous les évènements

Le Roi se meurt – Notre cérémonie

20 avril20h30 - 22h00

Samedi 20 avril, 20h30

Texte : Eugène Ionesco

Conception et direction d’acteurs.ices : Aurélie Pitrat

Collaboration artistique : Nathanaël Maïni

Jeu et mise en scène : Alizée Bingöllü, Nathanaël Maïni, Aurélie Pitrat et 2 comédiennes Compagnonnes : Laure Rossi et Léa Squarcio

Costumes – Scénographie : Thomas Marini

Régie : Christophe Ricard

Administration de production : Frédérique Jay

Diffusion : Fadhila Mas / Bureau L’Esperluette

Production : Animal 2nd

Coproduction : GEIQ – Compagnonnage Théâtre, Lyon, L’AGHJA- Fabrica Culturale – Ajaccio, L’ARIA – Pôle de formation et d’éducation par la création théâtrale, en cours

 

C’est à une cérémonie que l’auteur nous invite : le Roi Bérenger Ier va mourir. Le froid s’est installé dans son royaume, rien ne fonctionne, et les murs se lézardent. Il est convenu que le roi doit être informé de cet état et que la fin de son règne est proche : le sol est mou, il n’y a plus d’armée, le roi est malade. C’est assuré par le médecin qui confirme que les astres sont formels : c’est la fin. Le Roi entre, se plaint de sa santé, de l’état de l’Univers, de l’état du royaume mais il n’a pas encore décidé de mourir. Toute la cour, à l’exception de la reine Marie, sa seconde jeune épouse, s’emploie à lui décrire sa décrépitude et celle du monde. Dès lors, son comportement va être une suite de revirements. D’abord, il nie violemment : il ne peut pas mourir. Ses courbatures, son mal de tête, et ses chutes ne sont pas les marques de la mort, elles ne sont que des traces de fatigue passagère. Comment peut-il mourir alors qu’hier encore il était jeune (à peine entrait-il dans sa trois-centième année). Puis viennent la résignation, la colère et l’amertume. Son sceptre glisse, sa couronne lui échappe, et son royaume tombe en ruines. Il est en train de mourir, et il n’a pas eu le temps d’y penser, de s’y préparer. Viennent alors l’angoisse et la peur. Où trouver de la consolation ? Que restera-t-il de lui ? Qui se souviendra de lui ? Enfin, arrive l’heure d’accepter l’inéluctable. Peu à peu, ses proches s’évaporent. À la fin, l’homme meurt seul.

 

La pièce de Ionesco créée en 1962 est surprenante de modernité et d’actualité. En une unique séquence, une étrange cérémonie – telle qu’il l’avait initialement nommée, le texte raconte la mort d’un roi et la fin de l’époque qu’il porte et représente. Aurélie Pitrat décide de tirer le fil de l’actualité de la pièce et de traiter la fiction en talk-show : le dernier débat, l’accompagnement vers la sortie d’un homme et de toutes les idées et idéaux qui l’accompagnent. La règle du jeu est simple : à la fin, il meurt. Ainsi, quatre femmes, dans un échange d’idées et d’arguments tout à fait absurdes et insolites – puisque l’auteur l’a écrit ainsi, mènent jusqu’à sa fin ce dernier Roi représentant du plein pouvoir pyramidal, du patriarcat – il est bigame – et d’un temps que l’on souhaite révolu. Ce jeu extrêmement contemporain, se nourrit des codes de nos médias et des rythmes de communication actuels. Il annonce la restructuration de la fiction et provoque ainsi la chute du patriarcat, la fin d’un écosystème, l’anéantissement d’un régime politique. Ces agonies puisent dans l’absurde et ouvrent la possibilité de l’autodérision, du rire et de l’invention. Aurélie et son équipe de création souhaitent monter ce texte comme l’avènement d’un monde imparfait et nouveau.

 

« Les émissions de divertissement nous proposent désormais de nous rencontrer en direct devant les caméras, de nous marier, de nous séduire, de manger, de cuisiner, danser, chanter, vivre à la ferme, sous la tente à Dubaï ou Maputo, d’élever ses enfants ou faire le ménage. D’accoucher et acheter son logement. La télévision est devenue un outil pour que chacun puisse s’exprimer et vivre publiquement. Ses codes obligent à une efficacité spectaculaire et le résultat peut être un événement social de grande envergure. Je propose que ce Roi se meure en direct, avec surprise, et sous nos yeux et que nous participions ensemble et au présent, à ce grand spectacle ! Nous voulons nous amuser des codes de communication, de la désorganisation du direct et de l’énergie de la surprise pour créer notre Roi qui se meurt, notre cérémonie. Les mots de l’auteur seront nos armes pour bâtir et réinventer du présent. Pour jouer. » Aurélie Pitrat

 

La presse à propos du travail de la Compagnie

« Véritable laboratoire théâtral, Animal 2nd pratique une recherche expérimentale des formes. Ses approches radicales et son travail dramaturgique extrêmement précis remettent inlassablement l’ouvrage sur la scène, produisant des objets uniques et passionnants. » Flora Agostini Corse Matin à propos de Sept secondes d’éternité

 

« Une belle réussite, un pari gagné. […] Cette adaptation menée par Aurélie Pitrat séduit grâce à l’originalité de ses choix, à la justesse de jeu des comédiens et à son rythme soutenu, subtil équilibre entre échanges crispants et gênes muettes, où seuls les regards parlent. » Thierry LeGall Corse Matin à propos de Let’s Dance

 

« Ce Déjeuner est servi par d’excellents comédiens, incroyables de naturel. Particulièrement remarquable, Aurélie Pitrat compose un personnage contrasté. » Trina Mounier Les Trois Coups à propos de Déjeuner chez Wittgenstein

 

 

Détails

Date :
20 avril
Heure :
20h30 - 22h00
Catégorie d’évènement:

Organisateur

Aghja
Téléphone :
0495204115
E-mail :
contact@aghja.com
Voir le site Organisateur

Lieu

Aghja
6 chemin de Biancarello
Ajaccio, Corse 20090 France
+ Google Map
Téléphone :
0495204115
Voir Lieu site web

Détails

Date :
20 avril
Heure :
20h30 - 22h00
Catégorie d’évènement:

Organisateur

Aghja
Téléphone :
0495204115
E-mail :
contact@aghja.com
Voir le site Organisateur

Lieu

Aghja
6 chemin de Biancarello
Ajaccio, Corse 20090 France
+ Google Map
Téléphone :
0495204115
Voir Lieu site web